Chercheur de musées

Tinglado 4

8. Tarraco, comme tu as été grande !

La Tarragone médiévale surgit en profitant des constructions de l’époque romaine du côté élevé de la colline de Tarragone. Mais l’intérêt pour les ruines de l’antiquité, symboles de la splendeur perdue, ne sera manifestera pas clairement avant le XVIe siècle.

Deux personnages illustrent ce processus de récupération du passé romain : Lluís Pons d’Icart et Antoni Agustí. Pons d’Icart, auteur, vers 1564, du manuscrit Llibre de les grandeses de Tarragona, (Livre des grandeurs de Tarragone) met pour la première fois en évidence les principaux traits caractérisant l’urbanisme de Tarraco. Une description complétée par les vues de Tarragone élaborées par Anton van den Wyngaerde et la tâche d’Antoni Agustí, humaniste et archevêque de Tarragone, vers la fin du XVIe siècle. 

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, l’effervescence de la Renaissance donne lieu à une série de compilations d’épigraphie et à une conception de Tarraco basée, fondamentalement, sur l’œuvre de Pons d’Icart. Le XIXe siècle est présidé par Bonaventura Hernández Sanahuja, un personnage qui a laissé un témoignage écrit relatif à de nombreux vestiges romains qui ont progressivement disparu au long du siècle.

Le Musée National Archéologique de Tarragone a été formé durant la première moitié du XIXe siècle, et a été, depuis ses débuts, le centre de récupération et de conservation du patrimoine archéologique de Tarragone et de sa zone d’influence.

OBJETS

<p>Fotografia d&rsquo;Adolf Mas (1908), d&rsquo;una visita a l&rsquo;antic Museu Arqueol&ograve;gic de Tarragona</p>
Photographie de l’ancien Musée...
Photographie de l’ancien Musée Archéologique
scroll to top icon