Chercheur de musées

Musée Ethnographique de Ripoll

04. Travaux ménagers

À la différence des foyers urbains ou ruraux, les travaux des champs avaient une continuité naturelle à la ferme. Certaines des tâches de leurs habitants étaient routinières, d’autres étaient imposées par les saisons, et la hiérarchie au sein de la famille en établissait le partage. À la ferme, les personnes et les animaux vivaient souvent très près les uns des autres. Les hommes garnissaient les mangeoires et l’abreuvoir pour les mules, les juments, les bœufs et les vaches, trayaient et nettoyaient les étables. Entre-temps, les femmes s’occupaient des petits animaux – poules, oies, canards ou lapins –, ramassaient les œufs et apportaient au marché tout ce qui pouvait être vendu.
L’homme partait dans les bois et rentrait avec des faisceaux de bois ou coupait des bûches, tandis que la femme entretenait le feu dans la cheminée, cuisinait, lavait, rapiéçait, repassait et préparait la marmite avec du chou, des navets, des betteraves et du son pour les porcs. C’était beaucoup de travail sans jours chômés, auquel les grands-parents, les aînés, les benjamins et les tout petits apportaient aussi leur effort. Il y avait toute l’année de nombreuses autres activités, comme par exemple castrer le maïs, tuer le cochon, faire du savon, arranger les outils, les chariots et la maison, empiler les engrais, pétrir la farine pour enfourner le pain, faire des bougies avec la cire des ruches ou ferrer les animaux. Tout ceci pendant que les jeunes filles brodaient et cousaient pour leur trousseau ou négociaient avec le marchand, et les maîtres passaient des comptes avec les métayers ou se mettaient d’accord sur les prix avec le boucher.

4.1. Béret catalan

OBJETS

4.1. Béret catalan
4.1. Béret catalan
4.1. Béret catalan
scroll to top icon