Chercheur de musées

Musée des Saints d'Olot

Dans l’atelier de Saints, on n’y fait pas que des saints.

Dans l’atelier de saints, on n’y fait pas que des saints. Nous y trouvons des vierges, des mères de dieu, des grosses têtes, des portraits, des tabatières, des Madame de Pompadour et bien plus encore. Photo : Blai Farran.

Dans l’atelier de saints, on n’y fait pas que des saints. Nous y trouvons des vierges, des mères de dieu, des grosses têtes, des portraits, des tabatières, des Madame de Pompadour et bien plus encore. Photo : Blai Farran.

Ceci est l’étage noble de l'édifice et l’ancienne résidence de la famille de Marian Vayreda. L’espace a été divisé en trois secteurs : le secteur religieux, le profane et le social. Ici est montré tout l’éventail de productions, bien au-delà de l’imagerie religieuse, que les ateliers de Saints de la ville ont fait au long de l’histoire.

La Seconde République espagnole et la Guerre Civile espagnole ont été des époques très tumultueuses et les ateliers ont dû adapter leur production à la demande et commencer à fabriquer des modèles totalement profanes afin de s’ouvrir ainsi à de nouveaux domaines commerciaux : le pédagogique, celui des loisirs et le décoratif.

À cet étage, le visiteur pourra également contempler la salle des vitraux, avec l’imposante cheminée gardée par deux chevaliers et l’espace consacré à une activité bien ancrée à Olot - le « pessebrisme » (tradition des crèches de Noël) - et à un de ses personnages les plus importants, Ramon Amadeu.

OBJETS

<p>Tronc humain &agrave; caract&egrave;re p&eacute;dagogique. Photographie&nbsp;: Blai Farran.</p>
Objets profanes
Objets profanes
<p>Ensemble d&rsquo;images de Sacr&eacute;s C&oelig;urs fabriqu&eacute;s dans divers ateliers de la ville d&rsquo;Olot (XIXe et XXe si&egrave;cles). Photographie&nbsp;: Blai Farran.</p>
Objets religieux
Objets religieux
scroll to top icon