Chercheur de musées

Espace d’Art Cinétic Jordi Pericot (Espace d’art cinétique Jordi Pericot)

Le mouvement pour la réflexion Miralls guerxos (Miroirs convergents) (1965-1968)

Le mouvement pour la réflexion Miralls guerxos (Miroirs convergents) (1965-1968)

Le mouvement pour la réflexion Miralls guerxos (Miroirs convergents) (1965-1968)

Cette étape cinétique proprement dite correspond à ce que l’on appelait les miralls guerxos (miroirs convergents), terme créé par Alexandre Cirici Pellicer pour faire référence aux œuvres, généralement de grand format, composées de structures tordues (d’où l’origine du nom) en acier et en planches polychromes. L’utilisation de ces matériaux se limite strictement à leurs capacités expressives et à l’interdépendance entre la forme, la couleur et l’espace. Les planches polies en acier inoxydable permettent d’étudier le reflet dans le but de provoquer une perception inédite de l’espace. Autrement dit, l’idée fondamentale consiste à refléter sur de l’acier ondulé une image donnée à laquelle sont ajoutées des structures en bois peintes qui génèrent des effets de couleur et de relief.

L’influence des quadri specchianti, de Michelangelo Pistoletto, œuvres élaborées avec des planches d’acier, que Pericot put observer à la Galerie Ileana Sonnabend de Paris en 1964 et à la fin de l'année 1967, s'avérera fondamentale pour la construction de ces structures. Les effets du reflet, aussi bien dans les œuvres de Pistoletto que dans les miralls guerxos (miroirs convergents) (surfaces en acier inoxydable poli ondulé) dépendaient du mouvement du spectateur. Pericot les exposa lors de la première MENTE (Mostra Espanyola de Noves Tendències Estètiques - Exposition espagnole des nouvelles tendances esthétiques) en 1968.

scroll to top icon