Chercheur de musées

Espace d’Art Cinétic Jordi Pericot (Espace d’art cinétique Jordi Pericot)

Le module cinétique T. Tronc de con (Tronc de cône) (1968 -1972)

Le module cinétique T Tronc de con (Tronc de cône) (1968 -1972)

Le module cinétique T Tronc de con (Tronc de cône) (1968 -1972)

En travaillant avec les miralls guerxos (miroirs convergents), Pericot s'aperçut que la courbure idéale se trouvait à l’intérieur d’une sphère qui provoquait des reflets infinis. Ce fut le point de départ du module-T, dans lequel il développa la définition de la Gestalt de l’espace en tant que projection d’un point à l’infini. Pour fabriquer ces modules, l’apparition du méthacrylate métallisé (produit par l’entreprise Rhône-Poulenc), découverte qui lui permit de travailler à un autre niveau, fut essentielle.

La difficulté est que, théoriquement, on ne peut projeter un point à l’infini qu’à l’intérieur d’une sphère réflectrice. Ainsi, le spectateur n’est pas en mesure de voir ce point intérieur. C'est pour cela qu’il adopta comme solution un tronc de cône vide et métallisé, demi-sphère ou cône tronqué, pour que la lumière soit reflétée vers le spectateur et créer le module T. Ce module se compose d’une base peinte (qui produit un reflet que le spectateur observe lorsqu’il bouge) sur laquelle est disposée une série de cônes tronqués, coupés à la base, et fabriqués en méthacrylate métallisé. 

scroll to top icon