Chercheur de musées

Monastère Royal de Santa Maria de Pedralbes

Infirmerie et exposition « Petras Albas. El monestir de Pedralbes i els Montcada (1326-1673) » (Petras Albas. Le monastère de Pedralbes i les Montcada (1326-1673))

<p>Infirmerie et exposition &laquo;&nbsp;Petras Albas. El monestir de Pedralbes i els Montcada (1326-1673)&nbsp;&raquo; (Petras Albas. Le monast&egrave;re de Pedralbes i les Montcada (1326-1673))</p>

Infirmerie et exposition « Petras Albas. El monestir de Pedralbes i els Montcada (1326-1673) » (Petras Albas. Le monastère de Pedralbes i les Montcada (1326-1673))

L’infirmerie, actuellement ouverte au public et qui accueille l’exposition dynastique « Petras Albas. El monestir de Pedralbes i els Montcada (1326-1673) » (Petras Albas. Le monastère de Pedralbes i les Montcada (1326-1673)), est le fruit de la restauration réalisée au XVIe siècle grâce au soutien du roi Philippe II d’Espagne. Aujourd’hui encore, il s’agit de l’un des exemples de bâtiment hospitalierles mieux conservés. 

Conçue pour les soins aux religieuses malades, l'infirmerie fonctionnait indépendamment du reste du monastère afin de pouvoir rester isolée en cas de maladies, d’infections ou de premiers signes d'épidémies. Elle disposait d’un couloir d’accès pourvu d’une porte d’entrée qui communiquait avec le cloître, d’une pharmacie et d’une salle de soins, d’une chapelle, d’un réfectoire, d’une cuisine équipée d’un escalier d’accès à la citerne et à la salle des provisions de l’infirmerie, ainsi que de quatre pièces pouvant accueillir quatre lits séparés par des rideaux. Les chambres étaient reliées entre elles par une porte dont la partie supérieure comportait une petite fenêtre permettant de faire communiquer les chambres entre elles. On y plaçait une bougie allumée toute la nuit pour pouvoir veiller les malades. Pour éviter que la fumée des bougies ne contamine le lieu, chaque linteau était pourvu d’une sortie de fumée.

scroll to top icon