Chercheur de musées

Muxart. Espace d’art et de création contemporain

La peinture est plus forte que soi

<p>La composition est l'ing&eacute;nierie rationnelle des &oelig;uvres de Muxart, ind&eacute;pendamment de la th&eacute;matique ou de l'impact expressionniste du geste chromatique.</p>

La composition est l'ingénierie rationnelle des œuvres de Muxart, indépendamment de la thématique ou de l'impact expressionniste du geste chromatique.

Muxart préfère largement la peinture à d'autres formes d'expression. En tant qu'artiste, il évolue de façon empirique, il n'a de cesse d'interpeler la structure fondamentale de la peinture : la composition.

Toutes ces œuvres répondent à un ordre interne fondamental. Le cubisme à ses débuts, l'admiration pour les structures de composition de l'art roman ou l'exploration des fondements de l'abstraction de ses années de formation marquent l’évolution de sa composition. On peut apprécier dans le tableau Mes sœurs une modernité évidente et intelligente, à parts égales avec l'académisme des années quarante. À partir de 1954, sa peinture adopte un chromatisme exalté dans les tâches de lumière. Les paysages et les architectures s'ordonnent selon une composition plus énergique, comme c'est le cas dans Le dôme blanc. La couleur est rayonnante et donne une grande profondeur spatiale.

Le message qu'il délivre, en tant que responsable de la chaire de Couleur et de Composition de la faculté des Beaux-arts de Barcelone, guide et marque plusieurs générations d’artistes catalans.

La sérénité du tableau Mes sœurs peut parfaitement mettre en relief toute cette trame compositrice, et prolonger ses effets dans des œuvres plus panoramiques et architecturales, comme la série des Paysages de NY, des années quatre-vingt-dix.

OBJETS

<p><em>Le d&ocirc;me blanc</em>, 1963, huile sur toile, 62 x 76 cm</p>
Le dôme blanc
Le dôme blanc
scroll to top icon