Chercheur de musées

Musée Municipal de Plaisance du Masnou

La naissance d'un peuple

<p>La naissance d'un peuple</p>

La naissance d'un peuple

Depuis le VIe siècle, les personnes qui vivaient au bord de la mer partirent s'installer dans des lieux plus sûrs, tels que les paroisses Sant Feliu d’Alella et de Sant Martí de Teià, en raison de l’insécurité causée par les attaques perpétrées par les pirates arabes.

La ferme, ou mas, qui donne son nom au Masnou est attestée pour la première fois en 1055 sous le nom de manso novelli, et elle se trouvait sur des terrains qui appartenaient à Teià i Alella (dans un endroit aujourd’hui inconnu).

Les habitants de ce village vivaient de l’agriculture, alors que des cabanes de pêcheurs furent peu à peu construites sur la plage. Avec le temps, des fermes fortifiées telles que Can Teixidor ou Can Fontanills furent construites. Même ainsi, les attaques incessantes des pirates obligèrent les habitants à construire des tours de surveillance, à tel point que le Maresme fut baptisé la « costa Torrejada » (la « côte fortifiée »).

Il reste quelques fermes près de la plage mais, dès les XVIIe et XVIIIe siècles, elles formèrent un noyau de village au bord de la mer qui obtint l’indépendance municipale de Teià en 1825. À partir de 1840 et 1846, deux ordonnances royales édictèrent le rattachement des habitants d’Alella de Mar au Masnou, ce qui entraîna la croissance de la ville.

OBJETS

<p>Plan g&eacute;om&eacute;trique du Masnou, Miquel Garriga i Roca (Alella, 1804 - Barcelone, 1888), 1846, encre sur papier</p>
Plan géométrique du Masnou
Plan géométrique du Masnou
scroll to top icon