Chercheur de musées

Musèu dera Val d'Aran

Forgeant le présent. Le temps des mines

<p>Mineur de la mine Vict&ograve;ria, Arres de Jos. Photo c&eacute;d&eacute;e par Manolito de &ccedil;o de Paula.</p>

Mineur de la mine Victòria, Arres de Jos. Photo cédée par Manolito de ço de Paula.

Pendant le dernier tiers du XIXe siècle, l’industrialisation a été apportée par des entreprises françaises et belges, intéressées par l’exploitation des mines de l’Aran, riches en galène et blende. De ces minerais, on pouvait extraire du zinc, un métal nouveau à ce moment-là et très apprécié. Pour mener cette exploitation, on a modernisé les anciennes mines et on en a ouvert d’autres. On les a équipées d’installations complexes et engins mécaniques pour l’extraction, le transport et le traitement du minerai qui s’exportait vers la France.

Ceci engendra une demanda de main d’œuvre : mineurs et ingénieurs de différents endroits sont arrivés pour couvrir les postes de travail spécialisés, tandis que les postes restants furent occupés par des personnes de la région. Ceci signifia une aide à la subsistance des habitants de la vallée, qui conciliaient cette activité avec l’agriculture, tout en travaillant comme transporteurs, électriciens ou mécaniciens.

Malgré tout, pendant la première moitié du XXe siècle, la faible rentabilité provoqua la fermeture de toutes ces exploitations.

OBJETS

<p>Monnaies des mines de Bossost.</p>
Monnaies
Monnaies
scroll to top icon