Chercheur de musées

Musée de Montserrat

La dame à l’ombrelle

<p><em>La dame &agrave; l&rsquo;ombrelle</em>, John Singer Sargent, 1911, aquarelle, 65 &times; 54 cm. Don de J. Sala Ardiz</p>

La dame à l’ombrelle, John Singer Sargent, 1911, aquarelle, 65 × 54 cm. Don de J. Sala Ardiz

Elaine Kilmurray, auteur du catalogue raisonné de Sargent, a identifié chez La dame à l’ombrelle de Montserrat le portrait de Rose-Marie Ormond, nièce du peintre. Entre 1900 et 1913, John Singer Sargent (1856-1925) passait l’été dans les Alpes avec sa famille. Cette aquarelle appartient à une série de silhouettes féminines peintes à Simplon en 1911, dont la partie la plus importante se trouve au Museum of Fine Arts de Boston. Malgré son amitié avec Monet, on ne peut qualifier Sargent d’impressionniste que dans le sens large du terme. Il fut le portraitiste de l’aristocratie de son époque, le plus demandé et le mieux payé.

scroll to top icon