Chercheur de musées

Musée des Terres de l’Èbre

La colonisation du champ: le monde romain

<p>Monde des vivants. La colonisation du champ&nbsp;: le monde romain</p>

Monde des vivants. La colonisation du champ : le monde romain

L’Empire romain avait pour but de promouvoir l’implantation progressive de la vie urbaine et un nouveau système d’exploitation économique : la ville. Dans nos terres, le centre urbain à partir duquel s’organise le territoire, c’est Dertosa. À partir de ce centre urbain, on se consacre à la création d’un nouveau réseau routier et de nouveaux chemins, aux drainages des champs et aux systèmes d’irrigation. Grâce aux meilleures techniques et aux facilités commerciales de l’époque, la plantation de cultures méditerranéennes, comme l’olivier, la vigne et le blé, s’intensifie.

L’interruption de la production du vin dans la zone catalane à l’époque du grand Empire impliqua le début d’une étape de changement à cause de la perte de marchés qui fut répercutée sur la concentration de la propriété territoriale et sur la tendance au regroupement de population. Dans les Terres de l’Èbre, pendant la crise du IIIe siècle, les villes réduisirent l’occupation et les espaces résidentiels de ces exploitations disparurent comme ce fut constaté à Casablanca ou à Barrugat. Cela perdura jusqu’à la fin de l’époque wisigothe.

À cette exposition, nous pourrons voir des restes architectoniques de ces villes comme par exemple des tuiles, des antéfixes ou des fragments de dallages et mosaïques et parmi eux la renommée « pedra de la Cinta », très célèbre à l’Antiquité et qui fut extraite des pierres de Tortosa. Nous pourrons également voir des conteneurs amphoriques, certains portant la marque des villes de l’Èbre, qui commercialisèrent un vin consommé par l’armée romaine. Parmi les objets vestimentaires, se détache la collection des pendentifs phalliques et les bagues avec des symboles chrétiens, premiers indices de l’introduction de cette nouvelle religion dans les Terres de l’Èbre.

AUDIO

scroll to top icon