Chercheur de musées

Musée de la Noguera

Plâtre sculpté

<p>Fragment de pl&acirc;tre sculpt&eacute; qui d&eacute;corait les murs du palais mauresque, ch&acirc;teau Form&oacute;s, XI<sup>e</sup> si&egrave;cle</p>

Fragment de plâtre sculpté qui décorait les murs du palais mauresque, château Formós, XIe siècle

Fragment d’une frise où est conservée une partie d’une épigraphe.

En écriture coufique, la lecture de ce fragment permet l’interprétation suivante : « Je me suis entièrement soumis à Allah » (verset 20, sourate 3, Coran).

L’utilisation artistique de l’épigraphie dans l’Al-Andalus est lié au fait que l’islam interdit les représentations figuratives. Celles-ci sont remplacées par une représentation calligraphique des noms du prophète ou de Dieu. Il convient d’attribuer l’utilisation de ce verset à la présence au palais d’un descendant direct du prophète, sans doute Hicham III, dernier calife de Cordoue, exilé sur les terres de Lleida en 1031.

scroll to top icon