Chercheur de musées

Institut catalan de paléontologie Miquel Crusafont

Beremendia fissidens

<p>Reconstruction de la tani&egrave;re de la&nbsp;<em>Beremendia fissidens</em></p>

Reconstruction de la tanière de la Beremendia fissidens

À Dmanisi (Géorgie), il y a une trace de l'occupation humaine la plus ancienne hors d'Afrique. Parmi l'ensemble de la faune , il y a des musaraignes venimeuses caractéristiques qui vivent dans des galeries comme celles-ci. 

La Beremendia, étudiée par les groupe de recherche du néogène et du quaternaire, a été le premier cas d'étude grâce auquel on a pu déduire le comportement d'une musaraigne disparue. On a ainsi pu savoir que cette musaraigne injectait du venin à ses proies, non pas pour les tuer, mais pour les anesthésier afin q'elles restent vivantes jusqu'au moment de l'ingestion. Cela lui permettait d'avoir en permanence dans ses tanières un garde-manger « d’aliments frais » sous forme d'animaux paralysés.

scroll to top icon