Chercheur de musées

Fondation Joan Miró

L’étoile du matin, Joan Miró, 1940

<p><em>L&rsquo;&eacute;toile du matin</em>, Joan Mir&oacute;, 1940, gouache, huile et pastel sur papier, 38 &times; 46 cm, fondation Joan Mir&oacute;, Barcelone. Donation de Pilar Juncosa de Mir&oacute;</p>

L’étoile du matin, Joan Miró, 1940, gouache, huile et pastel sur papier, 38 × 46 cm, fondation Joan Miró, Barcelone. Donation de Pilar Juncosa de Miró

En août 1939, un mois avant le début de la seconde Guerre mondiale, Miró quitte Paris et s'installe à Varengeville-sur-Mer, en Normandie. Il commence la série des « Constellations », qu'il poursuivra à Palma et Mont-roig.

« Je sentais un profond désir de fuir. Je me suis délibérément renfermé sur moi-même. La nuit, la musique et les étoiles ont commencé à avoir un rôle décisif dans ma peinture ».

L’étoile du matin fait partie de cette série. Techniquement, Miró commence en préparant le fond, sur lequel il improvise un personnage qui détermine la mise en place de personnages supplémentaires, jusqu'à remplir la surface formant un monde d'individus en communion avec le ciel.

Les personnages sont transparents. Il n'y a ni modelage, ni clair-obscur, uniquement des lignes et des plans de couleurs dans un espace défini.

Les « Constellations » contiennent le lexique essentiel du langage des signes qui occupera le centre de la création de Miró les années suivantes.

scroll to top icon